SINDBADBOY Editions
 07, Le Vau Thébault. 35580. Guichen
02 99 42 21 58 
pauletmickey@wanadoo.fr

Que serait un livre sans les réactions des lecteurs ? Ben, pas grand chose...
 

Alors zouh ! C'est parti !

Lara Lee Lou Ka
A l’instar de Marcel Pagnol, Cyrille Audebert nous dépeint avec justesse la gloire de son père : des bancs de l’école aux prémices de la 2nde guerre mondiale, on suit les tribulations de Raymond, orphelin de père, de ses 7 ans à l’âge d’homme.
Comme toujours, la plume de l’auteur est juste, humble et ne fait que servir avec justesse la petite histoire, celle de son père.
Pascal Bézard 
Ce livre est vraiment superbe, la sublime plume de Cyrille Audebert magnifie par sa noblesse les plus beaux mots dont la littérature puisse faire rêver le lecteur. Marcel Pagnol en rougirait ! Merci pour ce moment où la vie est si simple, parfois...
Val Du Bois

Dévorées en quelques heures, heu non minutes, tellement ces lignes disparaissent sous mes yeux et emplissent mon coeur . C'est fou comme soudain je suis dans ton histoire. Et comme je bois ces souvenirs. Même si la douleur les commence, c'est la douceur qui poursuit ce voyage. J'aime cette complicité de grands parents, cette chaleur qui transpire, que je n'ai pas connue, trop rigides, trop coincés.. et je me transporte même dans mon enfance avec des relents de rivières, de pêche, de grenouilles et de bottes de foin dans les Alpes du Sud, lieu de tant de vacances enfantines. Plongeon dans le passé, dans les odeurs de cuisine, avec les bons produits de la campagne, frais et ramassés du matin, les bruits des carrioles, les chevaux, les sons du lavoir, de l'eau qui coule sans fin, le parfum du savon, le linge blanc..incroyable d'ailleurs cette transportation !! .Pas encore fermées les dernières pages, et je n'ai pas envie, je veux bien rester encore dans ce décor si joliment décrit. Merci Cyrille pour ce livre, tout simplement merci.
François Routier

Ma p'tite mère m'envoie un mail:
"Coucou .
Il me regardait chaque fois que je prenais son copain,
je voyais bien qu'il était triste ....
Alors n'y tenant plus ,j'ai fini par l'ouvrir .
Si tu avais senti sa joie .
Il me caressait les mains .
Et bien voilà ma rencontre avec Cyrille et Rue de l'Echelle
J'y retrouve beaucoup de choses de ma petite enfance .....
Merci , mon fils de savoir si bien ce que j'aime ....
Biz , à toi et à Patricia ."
Elle est contente et, du coup, moi aussi.
Merci, Cyrille!
Laure Cherpas
 
Bon j ai fini "rue de l echelle. Trop beau. Une vie simple, des mots simples des histoires comme je les aime. Des paysages qui se dévoilent qu' on devine grâce à la magie des mots. Un livre différent de vos romans mais que j ai adoré. Merci 
juste un regret il est déjà fini.
Denise Commarmond
Je l'ai commencé, je fais durer le plaisir, j'ai toujours un grand regret quand je finis un livre que j'adore, j'ai retrouvé des souvenirs d'enfance dans les villages de la Loire, impression d'avoir connu tous les personnages de la vie de ton papa... J'ai revu le mien avec ses bottes et son bleu quand il allait travailler à la mine, mes 4 ans, coup de grisou au puits Pigeot. On va voir mon papa qui s'en est sorti par la cage, il n'est pas passé à la douche, tout noir, je ne le reconnais pas et quand il veut m'embrasser je fonds en sanglots. Remember.
Nicole Mourenko

Ce livre est une machine à remonter le temps !, on lit les souvenirs de ton Papa, et ça nous plonge dans nos souvenirs à nous, je ne pense pas être la seule à avoir eu cette impression, j'ai retrouvé des personnes qui ont fait de moi ce que je suis, mon arrière grand-père, et les grands-parents de mon Doudou, les époques se mélangent dans ma tête, et c'est bon !, des vacances à la campagne, des impressions, on retrouve son âme d'enfant, et le voyage fait du bien, pour finir, je peux dire, comme certains déjà, si tu as d'autres écrits de ton Père, n'hésite surtout pas à nous en faire profiter !!!, un grand MERCI à toi, Cyrille !
Martine Tizon
Beaucoup de tendresse dans ce livre qui commence par une tragédie, mais qui malgré tout va nous transporter dans la vie pleine de joie d'un petit garçon. Un livre très plaisant à lire et qui fait du bien.
Jacky Martino
Alors voilà, moi aussi je te fais un retour. Ça m'a fait tout drôle de lire ce genre de livre venant de toi ! Mais c'est bien ton style d'écriture, ton humour. Avec, en plus, beaucoup de tendresse, de douceur. On suit ce gosse dans son éveil à la vie, au monde. Moi aussi j'ai pensé à Pagnol. On dirait que c'est ton enfance que tu racontes, tellement tu es proche du héros, de ses sentiments, ses pensées, ses émerveillements ! Bravo monsieur Audebert. Tu m'as émue, touchée, emportée.
Laurence Bija

Mais comme il est bon de grandir aux côtés du petit Raymond ! Ne prenez plus d'anti-dépresseurs et lisez donc du Cyrille Audebert ! On prend une merveilleuse bouffée d'oxygène et on se régale de ces petits bonheurs et de ces histoires simples, remplies d'amour et de tendresse, qui nous serrent le coeur... On dit toujours que le bonheur ne tient pas à grand chose... Chez les Audebert, ils ont su le trouver ! Vivre simplement, voire chichement, s'émerveiller et rire de tout, profiter des gens que l'on aime.... Vivre et puis c'est tout... Merci mon cher Maître Cyrille pour cette si belle tranche de vie et à très vite, je l'espère, pour de nouvelles aventures !
Jean-Michel Leboulanger

En train de lire "Rue de l'Échelle". Commencé hier soir, continué ce matin entre deux tartines que je trempais à côté du café, et là pendant une trop courte pause. Vivement ce soir que je le reprenne. J'ai déjà en moi une nostalgie, celle de devoir quitter cette belle histoire qui me ramène dans un passé oublié, un temps où les gens vivaient au rythme des saisons, de la nature, et surtout les uns avec les autres en toute simplicité.
Yann Lenevez 
 
Emouvant, touchant, parfois drôle et coquin ! J'ai commencé le livre et je n'ai pas pu m'arrêter de lire... Merci Monsieur. Encore une fois à la (H)auteur.
 
Nathalie Grimoin

Viens de finir rue de l échelle de Cyrille Audebert
. Et bien quoi dire, juste que la Bretagne me manque tout d un coup. Merci Cyrille pour ses moments qui m 'ont rappelé de bons souvenirs dans notre belle loire-atlantique. J ai tellement hâte que mon fils la découvre aussi quand il sera plus grand comme moi je l'ai connue. Ne t arrête surtout pas d'écrire, Cyrille, tu nous amènes le sourire à chaque page.
Martine Gérard
 

Voilà, j'ai fini de lire "Rue de l’Echelle" et que dire sinon que j'ai vraiment beaucoup aimé et que je n'avais pas envie de le finir ! je l'ai savouré jusqu'au bout et même si ce sont les souvenirs de ton père on retrouve ta patte ! Bravo pour ce très beau récit qui donne probablement à tou-te-s tes lecteurs-trices un parfum de madeleine de Proust !

Anne Jacquemin
 

Le narrateur est le père de l’auteur, il s’appelle Raymond, il a perdu le sien lors d’un accident de travail. Néanmoins, il partage avec nous ses petits et grands bonheurs, sa petite sœur aimée, la pêche, son apprentissage chez un coiffeur, les copains de classe, la Loire et tant d’autres souvenirs. 
Un récit de famille sans grande Histoire mais aux multiples histoires. 
C’était un autre temps, il y avait encore des poissons dans les rivières, des lavandières, des instituteurs odieux avec tout pouvoir. Ce n’est pourtant pas si lointain, la génération des quinquas y retrouvera avec un sourire nostalgique, ce que pouvait être celle de leurs parents. La vie n’était pas facile mais elle se vivait au rythme des saisons, sans précipitation.
J’ai beaucoup aimé, quand je le lisais, je me sentais bien. J’avais l’impression que Raymond était à côté de moi, que nous étions heureux tous les deux lors de ce partage. Faut il encore ajouter que dans ce récit, on lit le tendre amour de Cyrille pour Raymond ce père aux multiples souvenirs.

Merci Cyrille Audebert pour ce doux et tendre moment de lecture.

Madeleine Corteggiani

J'ai beaucoup aimé, c'est touchant, on est pris par ce personnage, le père, et j'avoue que j'ai refermé le livre un peu sur ma faim. Le jeune coiffeur à 20 ans au début de la guerre !!!!! Il faut mon cher Cyrille écrire une suite ???
Frann Kubelic

"Rue de l'échelle" est un étonnant voyage dans le temps à la suite d'un petit garçon que l'on voit grandir doucement dans un inattendu Saumur des années 30. Entre émotion et tendresse, nostalgie et bien être, cette enfance sur les bords de Loire près d'une mère courage, de tantes aimantes, d'oncles braconniers et bons-vivants est un pur moment de bonheur. Peut être une suite monsieur Audebert? ?
Anne-Marie Lecanu-Boquelet

J'avais dit que j aurais peut-être besoin de mouchoirs... Selon mes émotions. Et je suis plongée dans votre livre... un doux roman. Un artiste votre papa... je ne m'en lasse pas. A lire doucement pour ne rien perdre des émotions.


Tournée la dernière page de "Rue de l'échelle", je me suis sentie toute bizarre. Un étrange sentiment de manque, déjà. De la tristesse aussi, que ce nouvel ami nommé Raymond disparaisse à peine entré dans mon existence de lectrice. Tu dis dans la préface que tu as encore des souvenirs de cette période que tu n'as pas mises dans ce livre.... Peut être une suite un jour prochain ? 
Je n'ai pas aimé ton livre, je l'ai adoré. Merci à ton père et à toi. 
Michèle Lévy-Martignoni
 

"Rue de l'échelle" à peine commencé... j'ai pas pu le lâcher... passionnant... je viens de le terminer... j'ai adoré cette histoire et faire connaissance de ta famille, Cyrille, a été vraiment un moment fantastique !!
François Lefevre 

Comment ne pas être submergé d'émotion et de nostalgie une fois les dernières pages de ce Rue de l'échelle lues , que dis-je dévorées... Ce livre n'est pas un livre ordinaire. D'abord il est en noir et blanc, comme les vieux films qu'on adore revoir, avec ces anecdotes burlesques, espiègles et touchantes ( comme La guerre des boutons ). Et puis il est, et ce n'est pas banal, en odorama ! Et oui au fil des pages, on arrive sans le moindre effort à sentir les effluves de cuisine, les senteurs de la campagne. Magique ! Bon mes propos dithyrambiques sont justifiés mais, car il y un mais, il faut bien avouer que le livre a un défaut et de taille : 208 pages, c'est scandaleusement trop court ......Mon petit doigt me dit toutefois que cette Rue de l'échelle pourrait bien avoir plusieurs barreaux...
David Kennedy

J'aurais bien gardé le livre sous le sapin jusqu'à Noel mais c'était trop dur. Surtout cela aurait été dommage de ne pas profiter tout de suite de ces magnifiques moments de plaisirs et de douceurs. Un immense merci pour ce livre.
Annie Dufour-Conrozier
Voilà, terminé "Rue de l echelle"... contente d'avoir partagé les mémoires de ton Papa. En le lisant je vivais son histoire. Trop émue. J'espère que tu pourras écrire encore si tu as d'autres cahiers. Fouille le grenier, on ne sait jamais... Merci pour ce beau livre.
 
 



Créer un site
Créer un site